Precis physique generale

-
loading
Avec photo

PRÉCIS DE GÉOGRAPHIE PHYSIQUE GÉNÉRALE / BIROT, PIERRE

Précis de géographie physique générale / Birot, Pierre Précis de géographie physique générale -  Birot, Pierre, Auteur.  -  Paris: A. Colin, 1968. - 403 p.-[8] p. de pl.: ill.; 25 cm. Note générale: Bibliogr. p. 389-390. Langues  : Français (fre) Mots-clés  :; Géographie physique; Manuels d'enseignement Indexation décimale  :  910.0   État: Bon état (voir scans & photos); (imprimé en 1968); cartes intérieures parfois mal pliées
France (Toutes les villes)

12 €

PRÉCIS DE PHYSIQUE GÉNÉRALE TOME III - 3 OPTIQUE - R.

Précis de Physique Générale Par: R. Kronig Tome III OPTIQUE Aux éditions DUNOD Paris, 1960 État du livre: Occasion bon état général La couverture présente des tâches jaunes Le dos est bon La tranche présente des traces d'usure Cependant, aucune page manquante, détachée L'intérieur est plutôt propre, frais Reportez-vous aux photos pour les détails esthétiques Envoi: rapide et soigné, au format lettre. Les envois se font le jour même pour tout achat effectué jusqu'à 15h. ==> Pour toute question avant achat, n'hésitez pas à me contacter.
France

6 €

TOUTE LA GEOGRAPHIE DU MONDE JEAN-CLAUDE BARREAU LE LIVRE DE

Toute la geographie du monde Jean-Claude Barreau Auteur: Jean-Claude Barreau Editeur: Le Livre de Poche Poche: 405 pages Format: Poche pocket book Edition: 0 Publication: 02/09/2009 Réédition: 02/09/2009 Collection: Litterature & Documents Dimensions: 17,81 x 10,8 x 1,75 Langue: Francais Publier en: Français Languages d'origine: Français Dans leur precedent ouvrage, Toute l'histoire du monde, J.-C. Barreau et G. Bigot brossaient avec brio un tableau precis et stimulant de l'histoire humaine. Il etait donc tout naturel qu'ils s'attaquent ensuite a la geographie, cette discipline mal-aimee des petits et des grands... qu'ils se sont jure de nous faire redecouvrir. Veritable visite guidee de notre planete Terre, dont il detaille les divers aspects - continents, oceans, montagnes - et dont il decrit chaque pays, selon un ordre extremement original, melant habilement geographies physique et humaine, climatologie, geologie et histoire, ce livre revisite le monde de facon non conventionnelle, n'hesitant pas a nous donner a lire des cartes a l'envers, a risquer des rapprochements audacieux (Suisse et Nepal) ou a creer des concepts comme celui de "tricontinent" ou de "Finistere europeen"! Un voyage pedagogique a la portee de tous. Biographie de l'auteur Auteur de nombreux essais et romans, Jean-Claude Barreau dirige le departement de culture generale du pole universitaire Leonard de Vinci. Guillaume Bigot est directeur de l'ecole de management Leonard de Vinci et a publie Les Sept Scenarios de l'apocalypse (2000). Ensemble, ils ont deja ecrit Toute l'histoire du monde (2005), ou ils dressent de l'histoire humaine un tableau clair, brillant et renseigne aux meilleures sources. Prudence... Bonne idee que d'ecrire une geographie globale du monde, apres avoir redige une histoire globable du monde. Mais il faut prendre garde aux approximations ou aux erreurs que cet ouvrage contient. Pour traiter d'un sujet aussi vaste, il faudrait peut-etre plus que deux auteurs. Je prends comme exemple leur maniere d'aborder le bouddhisme. Cette religion a ete chassee de son pays d'origine, l'Inde. Commentaire des auteurs sur le Bouddha nul n'est prophete en son pays. Mais le bouddhisme a eu le temps de s'imposer en Inde pendant un millenaire et demi! Et c'est face a l'arrivee de l'islam qu'il a succombe. Ensuite, les auteurs nous expliquent que le bouddhisme du Sri Lanka pourrait avoir inspire les "kamikazes" d'Al-Qaida, via les Tigres tamouls. Le bouddhisme honore en effet le suicide, contrairement a l'islam, comme en temoigne les kamikazes japonais ou l'immolation par le feu des bonzes cambodgiens. Eh non! C'etait des bonzes vietnamiens, et ils n'ont jamais tue personne d'autre qu'eux-memes. Quant aux kamikazes, ils repondaient a un exaltation du nationalisme nippon et des valeurs militaires. Je n'ai pas de competence pour juger l'ensemble de ce livre, mais il contient surement d'autres approximations ou erreurs. Prudence, donc. depitant J'ai lu 45 pages de ce livre. Ayant trouve l'introduction bien, je suis depite par autant d'approximations et d'erreurs que contient la suite du livre qui me fait dire que son titre est pretentieux et racoleur. En effet pour les auteurs, la chaine alpine de 18000 km est bordee au nord par de la savane !!! Et que dire de leur incomprehension face aux geographes qui qualifient l'Europe de cap de l'Asie au point de parler d'Eurasie, mais qui ne parlent malheureusement, selon ces auteurs, pas de la meme maniere de l'Afrique ? Faut il dire aux deux auteurs que la Mediterranee separant l'Europe de l'Afrique, notre Europe ne peut donc pas etre un cap de l'Afrique. Aussi les auteurs pretendent ils en introduction separer l'expose des faits des commentaires. Mais leur "expose des faits" est truffe de jugements.. Ne parlons pas des formules qu'ils reprennent aux geographes telles que "la face de la terre" (titre d'un ouvrage de Pinchemel) mais sans citer la source. C'est bien un ouvrage de (mauvaise) culture generale qui seurfe sur le fait que la geographie reste en effet meconnue pour le grand public. Ils profitent donc de l'espace public libere ainsi pour tenter de faire prosperer leur culture generale, qui je l'espere est meilleure dans leur enseignement aupres des etudiants qui preparent les concours.. Apport precieux C'est toujours pareil si l'on fait dans la vulgarisation, on est forcement amene a une certaine reduction. Une telle demarche est donc possible et utile a condition de posseder suffisamment de hauteur. Il faut etre tres clair c'est le cas de cet ouvrage. De ce point de vue, il s'agit incontestablement d'une reussite. Maintenant, il est vrai qu'y figurent des approximations et surtout certains jugements que l'on pourrait qualifier de personnels qu'il n'etait pas indispensable de voir figurer. Cela etant, pour « commencer » dans la geographie, ou pour tous les non-specialistes ou etudiants, il s'agit d'une excellente entree en matiere. Elle permet de donner le gout de la geographie, d'ouvrir des perspectives et, plus simplement encore, d'enseigner une matiere qui peut sembler quand meme aride a beaucoup. On y trouve en outre beaucoup de tres bons aspects soit, pays par pays, soit, dans la conception de certaines notions. Par exemple, faire realiser la Mediterranee vue a l'envers n'est pas sans valeur. Faire realiser qu'un meme desert court de la Mauritanie jusqu'a la Chine constitue, indeniablement, un apport certain pour beaucoup. Ce n'est donc pas ni un chef-d'oeuvre absolu ni la panacee en la matiere, mais un livre qui reste neanmoins, certainement, la meilleure introduction a la geographie du monde pour le grand public. Rien que pour cela, son ap Dans leur precedent ouvrage, Toute l'histoire du monde, J.-C. Barreau et G. Bigot brossaient avec brio un tableau precis et stimulant de l'histoire humaine. Il etait donc tout naturel qu'ils s'attaquent ensuite a la geographie, cette discipline mal-aimee des petits et des grands... qu'ils se sont jure de nous faire redecouvrir. Veritable visite guidee de notre planete Terre, dont il detaille les divers aspects - continents, oceans, montagnes - et dont il decrit chaque pays, selon un ordre extremement original, melant habilement geographies physique et humaine, climatologie, geologie et histoire, ce livre revisite le monde de facon non conventionnelle, n'hesitant pas a nous donner a lire des cartes a l'envers, a risquer des rapprochements audacieux (Suisse et Nepal) ou a creer des concepts comme celui de "tricontinent" ou de "Finistere europeen"! Un voyage pedagogique a la portee de tous. Cet essai repose sur des facteurs indiscutables, la geographie physique, souvent meconnue de nos jours, mais il ne s'y limite pas. Apres une description de la planete Terre, il en detaille tous les aspects continents, oceans, etc. Chaque pays, chaque Etat actuel - on en compte plus de deux cents - se trouve decrit non pas par ordre alphabetique ou de puissance, mais a sa place (la Suisse avec la montagne ou la Mauritanie avec le desert...). En geographie humaine (et les Etats sont des realites de geographie humaine), les faits peuvent faire l'objet d'interpretations diverses et la liberte de ton s'impose. Les auteurs ont des opinions, comme en avaient les voyageurs de jadis, ils les expriment et le lecteur n'est pas oblige d'y adherer. Comme les bons journalistes, avec lesquels ils ont de nombreux points communs, ils separent l'expose du donne de leurs commentaires. On trouvera dans cette geographie du monde beaucoup d'histoire. Physiquement, le monde a peu change depuis la fin de la derniere glaciation, il y a quinze mille ans, car la geographie physique, a l'echelle de notre vie, a quelque chose d'immuable. Mais, puisque nous parlons des Etats et des nations qui sont institutions humaines, il est impossible de separer les faits de leur histoire qui conditionnent leur aspect aujourd'hui. Auteur de nombreux essais et romans, Jean-Claude Barreau dirige le departement de culture generale du pole universitaire Leonard de Vinci. Guillaume Bigot est directeur de l'ecole de management Leonard de Vinci et a publie Les Sept Scenarios de l'apocalypse (2000). Ensemble, ils ont deja ecrit Toute l'histoire du monde (2005), ou ils dressent de l'histoire humaine un tableau clair, brillant et renseigne aux meilleures sources.   D'autre titre de Jean-Claude Barreau Toute l'histoire du monde: De la pr?histoire ? nos jours Toute la g?ographie du monde Toute la g?ographie du monde Les clients ayant acheté cet article ont également acheté Toute lhistoire du monde (cc) Toute l'histoire de France Strong Woman: The Truth About Getting To The Top Classement: Livres > Thèmes > Etudes supérieures > Université > Géographie Mot Clef: Geographie Geographie physique Litterature generale
France

TABLET PC APPLE IPAD AIR 1ÈRE GÉNÉRATION 16 GO, WI-FI,

Voici pour vous ce superbe Apple iPad Air, 16 Go, gris sidéral, 9,7 pouces. Il est en parfait état de marche, toujours protégé par une coque. Il possède une micro fissure en haut de l'écran mais réparable. Sinon, état impeccable, vendu avec tous ses accessoires et sa boîte d'origine. Je le vends car je suis passé sur un iPad Pro 12,9 pouces. Remise en mains propres possible à Paris 16. Bonnes enchères à toutes et à tous. Voici désormais plus de trois ans que l'iPad sévit, génération après génération, sur ce marché de la tablette tactile qu'il a lui-même fait exploser. L'énorme part de marché d'Apple dans le secteur s'amenuise à mesure que la concurrence se fait plus rude et surtout très pertinente dans l'offre, mais Apple persiste dans son modèle d'iPad 9,7 pouces, le fait progresser chaque année, tout en l'accompagnant depuis l'an dernier d'une ardoise "Mini" de 7,9 pouces.  Mais alors, que diable Apple peut-il tenter en 2013 pour faire évoluer sa tablette star ? Qu'est-ce qui change, au final, sur cet iPad Air ? Eh bien, hormis l'écran 9,7 pouces Retina (2048 x 1536 pixels) et son format 4:3, tout le reste. Beaucoup plus fin, plus léger, l'iPad Air s'équipe d'une puce mobile A7 et d'un co-processeur M7, tout comme le dernier iPhone 5s. Une puce mobile A7 double-cœur et à la fréquence un poil plus rapide que sur l'iPhone 5s, avec une cadence de 1,4 GHz, contre 1,3 GHz pour le smartphone. La mémoire vive se porte à 1 Go et la mémoire de stockage se décline en 16, 32, 64 et 128 Go, sans possibilité d'extension pour chacune de ces déclinaisons. Le Wi-Fi a/b/g/n (Mimo 4x4) et le Bluetooth 4.0 assurent la connectivité sans fil, tandis que le GPS intégré est compatible GLONASS, système global de navigation satellite. Une version 3G/4G de chaque modèle est disponible (nano SIM). On trouve deux connecteurs : une sortie casque et un port Lightning (format propriétaire) pour la recharge et le transfert de données, via la plate-forme Apple iTunes. Deux capteurs photo-vidéo sont au menu: l'un de 5 Mpx au dos, l'autre de 1,9 Mpx en façade.  Côté système d'exploitation, c'est bien entendu iOS que l'on retrouve ici, dans sa version 7.0.3. La tablette Apple iPad Air est commercialisée à partir de 489 euros en version 16 Go Wi-Fi et 589 euros en 16 Go Wi-Fi/3G/4G. Le modèle testé ci-dessous est le 128 Go Wi-Fi/3G/4G. ERGONOMIE Peut-être la rupture la plus marquante concernant ce nouveau modèle d'iPad. L'ergonomie et la prise en main tirent pleinement parti d'un poids "plume" pour ce type de tablette, moins de 470 grammes (478 g pour la version 3G/4G), et d'une épaisseur de seulement 7,5 mm. Il faut ajouter à cela l'adoption par l'iPad Air du design de l'iPad Mini, avec des courbes moins bombées qu'à l'accoutumée. Le fameux point tactile neutre, présent sur les seuls iPad et iPad Mini et qui permet de saisir la tablette avec un doigt, en l'occurrence le pouce, posé sur la tablette sans que cela n'empêche l'interaction tactile entre la dalle et les autres doigts est un plus non négligeable. Cela permet ainsi de prendre l'iPad Air d'une seule main et de l'utiliser de l'autre, sans avoir à chercher un support. On notera que les bords latéraux de l'écran mincissent eux aussi, pour ne faire qu'environ 10 mm, permettant ainsi à l'écran d'occuper 72% de la surface du produit, contre 65,3% pour l'iPad 4.  Autre nouveauté, l'apparition d'un double haut-parleur, avec des sorties réparties de chaque côté du port Lightning, comme sur un iPhone 5 / 5s. Bonne nouvelle concernant vos petites mains, Apple semble avoir réglé son problème de chauffe avec le couple A7-M7. En effet, l'appareil ne chauffe quasiment pas, ou très peu de manière localisée près du capteur dorsal, et ce même après plusieurs dizaines de minutes d'usages très lourds comme du jeu 3D ou de la créa (Garage Band, iMovie...). En revanche, point de lecteur d'empreinte Touch-ID sur l'iPad Air, contrairement à l'iPhone 5s. Avec le capteur photo et la taille d'écran, voici une troisième et rare caractéristique que les deux produits ne partagent pas.  ECRAN Apple apporte toujours un soin particulier à ses écrans d'iPad, réputés pour être les meilleurs ou parmi les tout meilleurs de leurs générations respectives. Pour cet iPad Air, la marque compte bien prolonger ce succès technique et change par la même occasion de technologie. En effet, Apple choisit la technologie IPS IGZO, qui permet d'obtenir un écran plus fin, plus lumineux mais aussi et surtout moins énergivore.  En résulte un écran dont le taux de contraste moyen se rapproche de 1000:1, avec une luminosité maximale de 398 cd/m², contre 853:1 et 344 cd/m² pour l'iPad 4. De quoi assurer une lisibilité parfaite en intérieur et une utilisation de bonne facture en extérieur, sauf en lumière directe, la faute à un écran assez brillant.  Le rendu des couleurs est phénoménal, avec notamment des noirs et des gris presque parfaits et tutoie celui de l'iPad 3, qui reste encore aujourd'hui l'écran de tablette à la plus grande fidélité colorimétrique en moyenne, mais se montre moins équilibré. Le delta E moyen atteint ainsi les 2,7 (2,1 pour l'iPad 3) et la température des couleurs, homogène sur l'ensemble du spectre, tutoie la perfection avec 6962 Kelvins. Rappelons que le delta E quantifie l'écart entre une couleur parfaite et cette couleur affichée à l'écran et que le résultat doit être proche de 0. Un équilibre saisissant qui fait de l'iPad Air le meilleur produit pour les fans d'image et de photo pro.  À noter que l'iPad Air établit un nouveau record en matière de retard tactile avec un temps de réaction de 58 ms. L'iPad 4, meilleure tablette dans le domaine jusqu'alors, affichait un retard de 75 ms. Le temps de rémanence (20 ms) est dans la bonne moyenne, pour une dalle IPS.  Enfin, la lisibilité du contenu est forcément d'excellente facture avec une telle définition (2048 x 1536 pixels). Que ce soit pour l'affichage de l'OS (icônes, textes...) ou le contenu applicatif ou Web, cet écran Retina satisfait l'œil à tout moment.  Pour plus de détails concernant l'écran Retina de l'iPad Air, consultez notre article dédié.   INTERFACE ET NAVIGATION Depuis la mise à disposition d'iOS 7, bien plus de la moitié des iProduits ont été mis à jour vers cette nouvelle version. Un possesseur de version précédente d'iPad ou d'iPhone arrive a fortiori en terrain connu sur cet iPad Air, ici commercialisé sous iOS 7.0.3. Outre le look totalement différent de l'interface, iOS 7 intronise de nouvelles interactions, comme un volet de raccourcis très utile et fortement inspiré d'Android.  En revanche, Apple conserve l'identité principale de la navigation iOS, à savoir des volets sur lesquelles se posent les icônes des applications, sans menu ou "lanceur", qu'il est possible de regrouper en dossiers.        Apple propose également aux nouveaux acheteurs d'iProduits la suite iWork (Pages, Keynote, Numbers), iMovie, iPhoto et Garage Band en téléchargement gratuit, contre près de 40 euros auparavant pour acquérir ces outils. De quoi permettre une diffusion à plus grande échelle et surtout une orientation plus bureautique à l'iPad, avec une suite iWork tournée vers le Cloud et la continuité des travaux d'un ordinateur Mac à une tablette iPad et inversement. L'iPad devient ainsi plus polyvalent. Rayon performances et réactivité, l'iPad Air fait forcément beaucoup mieux que son aîné. Le passage à iOS 7 avait marqué les possesseurs de tablettes iPad 4, notamment via l'apparition de plusieurs ralentissements, en sortie d'application et gestion du multitâche. Ici, pour ces actions et même pour le lancement d'une appli, tout se fait de manière plus fluide, réactive et rapide. D'un point de vue brut, par le biais des benchmarks, l'iPad Air se veut effectivement deux fois plus performant que l'iPad 4, comme annoncé par Apple, que ce soit en calcul ou en 3D (score de 392 sur Sunspider, un record toutes plates-formes et machines confondues, sur tablettes et smartphones).  Il reste toutefois difficile de comparer la réactivité de cet iPad à des produits concurrents sous Android, les OS offrant une expérience utilisateur différente, même si les options d'ergonomie tendent à se rapprocher d'une plate-forme à l'autre. MULTIMÉDIA La navigation est, comme toujours sur iPad, ultra rapide. Safari s'est grandement amélioré dans l'expérience Web globale avec le passage à iOS 7. Google Chrome est également disponible et fonctionne parfaitement bien. La lecture est forcément facilitée par l'écran Retina, avec des textes précis, ciselés et où le zoom n'est plus qu'une option négligeable. Zoom qui reste malgré tout précis et très fluide dans son action.  La lecture vidéo se veut, de base, gérée par iTunes, que ce soit en termes d'import de vidéos (mp4) ou d'achat en VoD. Pour l'ensemble des autres fichiers audio-vidéo, on trouve aujourd'hui des applications tierces, gratuites avec publicités ou payantes sans pub (OPlayerHD ou flex:player, par exemple), capables de faire tourner sans problème des vidéos Full HD 1080p en conteneur MKV ou AVI. Côté jeux vidéo, l'iPad Air pousse très loin les capacités brutes d'une machine mobile. Au pays des benchmarks, l'appareil accouche de scores proches ou équivalents (près de 14800 sur 3D Mark, Ice Storm Unlimited, par exemple) à ceux du LG G2 sous Qualcomm Snapdragon et est battu de très peu par la nouvelle Samsung Galaxy Note 10.1, et cela se voit sur les derniers titres "lourds" de l'Appstore. L'incontournable Real Racing 3 s'offre une expérience débarrassée de la moindre parcelle de ralentissement, tandis qu' Infinity Blade 3, optimisé pour l'occasion, arrache la rétine et amenuise encore la frontière entre jeu mobile et jeu vidéo classique. Ajoutez à cela une meilleure prise en main et un poids contenu et l'iPad Air devient une vraie belle machine à jouer. AUTONOMIE Avec une batterie à la capacité un peu moins importante que sur l'iPad 4, on pourrait croire qu'Apple joue avec le feu, mais il faut compter sur une meilleure maîtrise de l'impact énergétique de l'écran Retina (technologie IGZO oblige) et une puce mobile A7 sans doute moins énergivore; car l'iPad Air fait mieux que son prédécesseur ! Si l'iPad 4 tournait autour des 10 h 30 min à 11 h 30 min d'autonomie moyenne en lecture vidéo, l'iPad Air, lui, propose un peu plus de 12 h 40 min sur le même usage. Sur un jeu gourmand, comptez un peu plus de 6 h 30 min d'usage acharné, tandis qu'une utilisation mixte accouche d'une autonomie proche de celle de l'usage vidéo.  La veille est toujours aussi efficace. On perd ainsi 4% de charge après 48 h sans toucher à l'appareil. Un cycle complet de recharge demande un peu plus de 3 h 30 min.  PHOTO Apple ne prend aucun risque avec la partie photo et ne fait qu'ajouter quelques petites retouches à l'équipement de l'iPad 4, qui était déjà largement suffisant pour assurer des captures photo décentes avec le capteur principal de 5 Mpx. En basse lumière, le rendu tire vers le rouge à mesure que l'éclairage s'amenuise. Retrouvez l'iPad Air dans notre Face-à-face Photo. Prendre un cliché d'un document, avoir un capteur loin d'être immonde sous la main en cas d'extrême nécessité... l'iPad Air peut faire le job. Pour le capteur avant, la caméra FaceTime, on reste en terrain connu: peu voire pas de latence et de bruit, même en milieu faiblement éclairé, et une expérience en tchat vidéo d'excellente facture. L'iPad Air côté clavier Quel dommage qu'Apple ne se décide toujours pas à intégrer les chiffres sur le panneau principal de saisie ! Alors que la plupart des grandes marques lancées dans la bataille des tablettes proposent aujourd'hui un panneau principal alphanumérique, la firme californienne s'entête dans son modèle à plusieurs panneaux. Néanmoins, la saisie est toujours excellente et le tapotement — mesuré comme rapide — est toujours bien pris en compte. Peu d'erreurs à compter au rapport après plusieurs heures d'utilisation. À noter que le panneau peut se détacher en deux parties qui viennent s'aimanter sur chaque bord de l'écran, afin de saisir avec les pouces sans lâcher la tablette. Pratique. Peut-être manque-t-il, tout de même, une saisie de type "Swype", où l'on pourrait tracer les mots sur le clavier — option que l'on retrouve de plus en plus sur Android, sur les Nexus et les produits Samsung et LG notamment. POINTS FORTS Excellent rendu global de l'écran Retina. Réactivité générale de l'appareil. Le système iOS 7 de plus en plus complet. Large autonomie. Design revu et poids "plume". POINTS FAIBLES Pas d'extension de mémoire. Port propriétaire. Pas d'évolution notable sur les capteurs photo-vidéo. CONCLUSION Énorme évolution physique et technique, l'iPad Air adopte une grande puissance, un écran proche de la perfection, une autonomie de plus de 10 h et une réactivité de tous les instants. Les défauts sont toujours les mêmes et propres aux choix stratégiques d'Apple, comme le port propriétaire ou l'impossibilité d'étendre une capacité de stockage (compensée par un large choix de capacités). Au-delà de la concurrence sous Android, c'est peut-être à l'iPad Mini que l'iPad Air fera le plus d'ombre, car sa finesse et son poids en font un objet encore plus simple à transporter.
France

LOT DE 2 LIVRES BIOLOGIE ET COSMÉTOLOGIE,  CAP

A vendre 2 livres: -  Esthétique Cosmétique pour le CAP, BP ou Bac Pro, éditions Masson année 2008. Il comprend: de la biologie générale, de la biologie cutanée, de la dermatologie, de la cosmétologie et de la technologie. Cet ouvrage est d'occasion et a été utilisé. - Le nouveau précis d'esthétiques cosmétiques, préparation aux examens d'état, éditions Vigot, année 2006.  Le livre rassemble: Biologie Humaine, Hygiène de vie et santé, Biocontamination et prévention, Dermatologie, Le Bronzage et la peu, Physique et chimie, Technologie, Cosmétologie, Réglementation des produits cosmétiques.  Attention le livre est d'occasion et date de 2006. Il a été utilisé. Pour plus de renseignements, me contacter par mail. Paiement Paypal Le livre n'est ni repris, ni échangé, ni remboursé.
France (Toutes les villes)

6 €


Petites annonces gratuites - acheter et vendre en France | CLASF - copyright ©2019 fr.clasf.com.